mercredi 4 septembre 2013

Pieuchard, 100 Nouvelles dictées au CEP

Lisa Dexburry présente :
Pieuchard, 100 Nouvelles dictées au CEP.






Voici un très modeste ouvrage qui groupe 100 dictées données aux examens de certificat d'études ces années dernières.
Dons ces examens, l'orthographe reste l'épreuve-clé, celle qui donne le succès ou provoque l'ajournement.
Et c'est précisément l'épreuve où nos élèves sont le plus faibles. Professeurs de second degré, instituteurs, parents, tous constatent et déplorent cette faiblesse.
Sans doute, en ville surtout, la classe de fin d'études est composée souvent des élèves les moins forts. Les autres, dès le cours moyen, se sont orientés vers l'enseignement du second degré, lycée, collège ou cours complémentaire.
Peut-être aussi notre enseignement n'est-il plus ce qu'il était autrefois. Peut-être avons-nous trop cru à la vertu des « dictées préparées ». Autrefois !
Quel mal n'a-t-on pas dit de la vieille dictée! Par réaction contre l'exercice un peu fastidieux et monotone qui était pratiqué, on a voulu faire « du nouveau ». On a diminué l'importance et la fréquence des dictées. Mais les vieux maîtres prétendent et peut-être n'ont-ils pas tort — qu'on a affaibli les connaissances orthographiques des enfants.
« Que l'on compare, disent-ils, une dictée faite par un candidat au certificat d'études il y a trente-cinq ans et une dictée faite par un candidat aujourd'hui! Alors on ne pesait pas les fautes, on les comptait. Et cinq fautes éliminaient le candidat. Aussi, comme nos élèves étaient entraînés! Ils connaissaient beaucoup de mots. Et les dictées, nombreuses, accroissaient leurs connaissances et leur savoir; tandis que maintenant! »
II est évident qu'un des meilleurs moyens d'apprendre l'orthographe est encore de faire des dictées.
* * *
Les textes que nous présentons ont été groupés par centre d'intérêt afin qu'ils puissent s'intégrer dans le cadre normal de la classe.
Toutes ne serviront pas de dictées de contrôle. Nous devons aussi enseigner.
Depuis les conférences pédagogiques de 1949, et à la suite de nombreux articles publiés dans les journaux pédagogiques, de nouvelles notions sont à l'honneur : notion du groupe de mots, du complément d'agent, etc. Déjà il en a été tenu compte dans le choix des questions d'analyse dans de nombreux départements. Les premiers essais, pour ne pas surprendre les candidats, ont été assez timides... Mais il faut s'attendre, pour l'avenir, à une orientation plus nette dans cette direction.
Mais les questions d'examens ne sont que des questions de contrôle. En classe, notre devoir est d'exploiter toutes les richesses du texte proposé.
D'abord, toujours, on partira de l'idée générale qui l'éclairé tout entier.
A l'occasion, on aura discrètement recours à l'étymologie : il n'est pas inutile, en particulier, de connaître la valeur de certains suffixes ou de certains préfixes. Il n'est pas sans intérêt de retrouver le préfixe bi (deux) sous certaines formes : bi : bissac; be : besace; b : brouette; ba : balance.
Il arrive que l'on trouve certaines formes grammaticales dont on parle peu en classe, telles que les propositions infinitives et les propositions participes. Certes, il n'est pas question de les faire analyser à l'examen. Mais, habituer les enfants à les reconnaître, c'est contribuer, modestement, à leur culture.
Enfin le texte peut servir de point de départ d'enrichissement du vocabulaire et d'assouplissement de la langue : images, comparaisons, rythmes, etc. Faire goûter aux élèves une phrase claire et simple, où la forme se moule sur le fond, leur faire découvrir à eux- mêmes ce qui les a charmés ou émus, leur donner une véritable leçon de style en insistant sur le choix heureux des termes précis ou pittoresques, d'expressions ou de tournures où se révèlent les nuances de la pensée, c'est réaliser ce qui est véritablement utile à des enfants, ce qui peut leur donner le goût des lettres et les amener à bien écrire.
Le texte, la pensée de l'auteur, celle du maître et celle des élèves doivent se rapprocher et se pénétrer.
Pas un seul instant ne devrait faiblir cette sorte de charme bienfaisant qui prend une classe captive, stimulée en même temps à la réflexion, à la découverte, à l'action.
Nous n'avons pas changé la présentation précédente, qui a fait ses preuves.
Mais un tel ouvrage ne vaut que s'il se renouvelle, s'il reste« d'actualité ». Et c'est pourquoi, au lieu d'une réimpression, nous avons composé un nouveau recueil, qui n'a d'autre prétention que de vouloir aider les maîtres dans leur tâche quotidienne.
modifié par les arrêtés du 8 août 1953 et du 4 février 1954 relatif à l'organisation du Certificat d'Etudes Primaires et par la circulaire ministérielle du 16 avril 1949
Art. 257. — L'examen comprend une seule série d'épreuves :
1° Une dictée d'une dizaine de lignes, suivie de trois questions dont deux relatives à l'intelligence du texte et la troisième de grammaire.
Vingt-cinq minutes seront accordées aux candidats pour répondre aux questions et relire leur dictée.
La ponctuation sera dictée.
2° Une composition de calcul : deux problèmes de la vie pratique, le premier relativement court et le second plus long, comportant, sur un même thème concret, plusieurs questions successives.
Durée de l'épreuve : 50 minutes.
3° Une rédaction sur un sujet se rapportant à l'expérience personnelle de l'enfant (ce sujet pourra être un compte rendu, un rapport, une lettre...). Deux sujets seront proposés au choix des candidats.
Durée de l'épreuve : 50 minutes.
L'écriture sera notée sur la rédaction.
4° Une interrogation écrite comportant : deux questions de sciences (durée de l'épreuve : 20 minutes).
5° Une interrogation écrite comportant : une question d'histoire, une question de géographie (durée de l'épreuve : 20 minutes).
Interrogation écrite de sciences : sur 10.
Interrogation écrite d'histoire : sur 5.
Interrogation écrite de géographie : sur 5.
L'épreuve de sciences comporte deux questions tirées du programme particulier de chaque catégorie d'écoles (Écoles de filles, écoles urbaines de garçons, écoles rurales de garçons), épreuve choisie dans la partie du programme étudiée pendant l'année en cours.
6° Un exercice simple de dessin ou de travail manuel :
Pour les garçons : dessin à vue ou dessin d'ornement ou de croquis ou tracé de géométrie simple, ou travail manuel.
Pour les filles : dessin à vue ou dessin d'ornement ou couture.
Durée de l'épreuve : 40 minutes.
7° La lecture d'un texte d'une dizaine de lignes.
8° Une épreuve de calcul mental :
Cinq questions empruntées à la vie pratique, à résoudre mentalement.
9° Une épreuve de chant ou de récitation (le candidat présentera une liste de six chants et six récitations parmi lesquelles l'épreuve sera choisie).
Les épreuves seront notées comme suit :
Dictée sur 10.
Questions sur 10.
Calcul sur 20.
Premier problème sur 8.
Deuxième problème sur 12.
Rédaction sur10.
Interrogation écrite sur 20.
Histoire sur 5.
Géographie sur 5.
Sciences sur 10.
Dessin, travail manuel sur 10.
Lecture sur 5.
Calcul mental sur 5.
Écriture sur 5.
La note zéro, pour l'orthographe et le calcul, est éliminatoire après délibération du
jury.
Pour se présenter aux épreuves de l'examen, les candidats et candidates devront avoir subi les épreuves du Brevet sportif scolaire de l'Enseignement du premier degré, à l'exception de ceux qui en seraient dispensés par le médecin-inspecteur de la santé scolaire et universitaire.
Les points au-dessus de la moyenne obtenus aux épreuves du Brevet sportif scolaire de l'enseignement du Ier degré confèrent une majoration équivalente dans la limite maxima de deux points. Ces points de majoration s'ajoutent au total réussi aux épreuves d'histoire, de géographie, de dessin, de lecture, de calcul mental, de chant ou écriture et doivent être considérés au même titre que ceux obtenus à ces dernières épreuves.
L'article 260 de l'arrêté de 1887 est abrogé. Il est remplacé par les dispositions suivantes :
« Sont admis définitivement, après délibération dujury, les candidats qui, n'ayant pas de notes éliminatoires, remplissent les deux conditions suivantes :
1° Avoir au minimum 30 points pour l'ensemble des épreuves suivantes : dictée et questions, calcul, rédaction, interrogation de sciences.
2° Avoir obtenu au minimum 50 points pour l'ensemble des épreuves de l'examen, compte tenu éventuellement des majorations obtenues au titre du B.S.S. de l'enseignement du |er degré dans les conditions prévues. »
 


http://fr.scribd.com/doc/164441760/Langue-Francaise-Dictees-100-Nouvelles-dictees-au-CEP-Pieuchard



2 commentaires:

  1. Comment trouver ce livre pour faire faire des dictées au club du 3ème âge dont je suis l'animateur? Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut aller sur des sites de livres d'occasion comme priceminister, amazon, ebay, leboncoin, etc.
      Sinon, pourquoi ne pas l'imprimer ou le faire imprimer ?

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...